les projets

les projets

Le projet PAMA.

Projet humanitaire Madagascar

Intitulé du projet : « Pour un avenir meilleur à Ambohidratrimo (P.A.M.A) » Finalité du projet : Les enfants sont l’avenir de l’Homme. Les enfants ont des droits, notamment ceux d’avoir à manger et d’avoir accès à l’école. Et pourtant… Tout près de nous, à Madagascar, 90% des enfants de l’école primaire d’Ambohidratrimo (15km de la capitale) ne mangent que le soir. Le taux de réussite scolaire est loin d’être satisfaisant malgré l’assiduité et la volonté de ces enfants de poursuivre et d’aller jusqu’au bout de leurs études. ambohidratrimoNous voulons réagir et apporter notre aide, du mieux que nous pouvons. Aussi, l’Association Madagascar au sein de l’océan Indien met en place un projet humanitaire pour l’élaboration d’une cantine scolaire et d’une bibliothèque afin de permettre aux jeunes enfants de 4 à 12 ans de pouvoir apprendre à l’école dans les meilleures conditions possibles.

Etude du milieu à opérer :

Ambohidratrimo, une commune urbaine de 16 105 habitants et de 27 km2 de superficie, se trouve à 14 km ouest de la capitale d’Antananarivo. Cette commune possède 4 écoles primaires publiques dont 1 sur le chef lieu et 3 dans trois quartiers (fokontany) un peu à l’écart de la ville. Au total il y a 1575 élèves à l’école primaire et 1075 au collège. Le taux de chômage est de 5 %, :

  • 34% salariés (usine – fonctionnaire)
  • 24% fonction libérale (Artisanat – commerçant – prestataire de service)
  • 28% agriculteurs et éleveurs
  • 4% retraités et vieillards (+de 65ans)
  • 5% travailleurs occasionnels.

(Source : commune d’Ambohidratrimo)

La commune souffre d’un problème économique dû au faible pouvoir d’achat et du coût élevé de la vie en générale, le salaire moyen est de 80 000AR ou environ 33€ alors que les charges minimum dépassent largement ce chiffre. Les médicaments et les charges scolaires sont inaccessibles.

Le potentiel économique repose sur l’élevage et l’agriculture mais les habitants sont freinés par le problème d’insécurité, du coût des engrais et des provendes.

En effet, les parents ne peuvent assurer ni la totalité des fournitures scolaires de leur enfants ni le minimum de repas requis pour affronter une journée écolière. Un enfant n’a droit qu’à un petit bout de pain avant d’aller à l’école le matin et en général du riz et un peu de légumes le soir. Par conséquent, on constate vraiment une malnutrition infantile, la plupart des enfants s’endorment pendant les cours, ils sont très faibles, il y en a qui se découragent et quittent l’école, ils sont obligés de chercher du travail très jeunes. Les résultat scolaires sont effectivement médiocres :

  • 30 % = CEPE
  • 25 % = BEPC
  • 20 % = BAC

(source : commune d’Ambohidratrimo)

Le mot du Maire Clovis Arthur :

Pour aider les enfants scolarisés. La cause du problème est le problème financier pour la mise en place des infrastructures (cantine – bibliothèque). Mais la commune est prête pour la maintenance (entretien des matériels, assure les fonctionnements : gardiennage, cuisinier, bibliothécaire). Les conséquences sont d’avoir des élèves en bonne santé, de force et de vitalité. « Izay voky no maharaka ny namany ». Pour avoir aussi des progrès intellectuels.

Les objectifs généraux :

  • Mise en place d’une cantine scolaire (équipement, infrastructure, denrée)
  • Mise en place d’une bibliothèque municipale
  • Mise en place d’une infirmerie scolaire.

Les objectifs opérationnels :

  1. Collecte d’ustensiles de cuisines (vaisselles, marmites, casseroles…)
  2. Mise en place d’un potager de l’école
  3. Participer à l’élaboration d’une infrastructure si le besoin est avéré.
  1. Collecte de livres scolaire, d’éveil, autres…
  2. Collecte de supports audiovisuel et informatique (DVD …) dans le cadre de l’éveil, la connaissance.
  3. Collecte de matériels audiovisuel et informatique (lecteur DVD, téléviseur, ordinateur)
  4. Participation à l’élaboration d’une infrastructure si le besoin est avéré.
  1. Collecte de médicaments de base et de matériel sanitaire de premier secours.

Les critères d’évaluations :

Des membres de l’association se rendront périodiquement sur place pour faire un point sur les différents projets. Ils auront pour tâche de tenir informer nos partenaires sur l’évolution des actions entreprises. Une rétrospective des actions sera présentée lors d’une assemblée générale avec tous les acteurs économiques et sociaux qui auront accompagné l’association Mada OI tout au long de son projet humanitaire.

Le parrainage:

distribution_linge04Afin d’améliorer leur condition de vie et de scolarité, l’association MADA-OI a mis le parrainage en place. Le coût est de 10 euros par mois pour une durée d’un an renouvelable. Vous recevrez du courrier de votre filleul régulièrement, la correspondance est encouragée afin que l’enfant se sente aidé. En parrainant un enfant vous pourriez vous rendre une fois par an sur le PAMA dont il fait parti afin de le rencontrer et voir les améliorations apportées par votre aide. Pour nous ce n’est pas un luxe, pour eux cela représente une ouverture innestimable vers la vie.

Un soutien durable inestimable:

repas02En parrainant un enfant, vous lui offrez une éducation solide, un enseignement adapté et une alimentation équilibrée. Vous contribuez au développement de la structure qui l’accueille. Il bénéficie de la même qualité d’enseignement et de soins, sans différence entre les enfants parrainés et les aures. A partir de 10€ par mois, devenez acteur d’un projet humanitaire et offrez à un enfant les moyens de construire son avenir. Partagez avec lui une relation plus personnelle en recevant son dossier avec sa photo et des informations sur sa structure d’accueil. Vous recevez des nouvelles de sa vie quotidienne, de son évolution, de ses progrès L’argent que vous confiez à MADA-OI n’est pas versé directement aux familles ou aux classes. Il bénéficie à l’ensemble du projet PAMA, dont la programmation est décidée en début d’année..

Comment est réparti l’argent du parrainage ???

Le coût du parrainage n’est que de 10 euros par mois, cette somme va nous servir à :

  1. acheter la nourriture suffisante pour le goûter enrichi du matin
  2. participer aux frais des personnes encadrant les enfants
  3. participer aux divers frais de fonctionnement du parrainage : correspondance, fourniture pédagogique….

Nous vous rappelons que notre association ne prend aucune part financière sur le parrainage, toute la somme est directement affectée aux enfants.

Pour parrainer un enfant c’est ici.

Favoriser la scolarité:

mai2010ph9Les enfants sont notre avenir et celui de notre planète, ils ont des droits, notamment d’être scolarisés, nourris et soignés. Pourtant… tout près de nous, à Madagascar, beaucoup d’enfants n’ont pas cette chance, par manque d’écoles près de chez eux. Le rôle de Mada O.I. est de créer salles de classes, cantines scolaires, infirmeries dans les villages qui en sont dépourvus, pour y accueillir des enfants de 4 à 12 ans dans les meilleures conditions possibles. L’objectif est de résoudre à la fois des problèmes liés à l’éducation et à l’alimentation.

Associer les compétences:

Pour cela, Mada O.I. rassemble une diversité de membres actifs et bénévoles: professionnels de la musique et de la danse, informaticiens, formateurs, personnel hospitalier, responsable dans l’éducation nationale, commerçants, artisans, assistante sociale. Une association annexe située à Madagascar, composée de juriste, médecin, commercial et assistante sociale s’occupe du suivi sur le terrain et du compte rendu de nos échanges inter-îles. Chacun a son rôle à jouer.

Créer une dynamique sociale:

culture01La création de classes dans les villages s’accompagne aussi de l’exploitation d’un jardin en collaboration avec les élèves et leur famille. Cela permet à la fois de récolter fruits et légumes pour la préparation des repas servis aux enfants et d’associer les parents des élèves à la vie de l’école, tout en favorisant les relations entre les familles. L’exemple de l’école d’Ambohidratrimo : Encore merci à toutes les personnes qui ont apporté leur soutien à nos actions et merci d’avance à toutes celles qui soutiennent celles en cours et nos projets.

Les actions réalisées : – Création du jardin potager, – Mise en place de la cantine scolaire – Mise en place de l’eau courante – Création d’un emploi de dame de ménage – Achat de fourniture scolaire – Mise en place du suivi médical – Début du programme sanitaire sur les rudiments de l’hygiène

Les actions en cours : – Continuité sur la cantine scolaire (2 repas par jour) – Temps d’école allongé d’une demi journée à une journée – Réfection de petite maçonnerie – Echange avec les parrains

Les projets : – Clôture de l’enceinte scolaire ; – Création d’un préau, raccordement à l’électricité, jeux de plein air.

Autres projets socioculturels:

  • Avril 2005 : création de l’association. Objectifs : promouvoir les échanges socioculturelles et économiques entre Madagascar et l’Ile de la Réunion. Mise en place du groupe artistique Meva : prestation danse et chant.
  • Août 2005 : journée de la Laïcité au Jardin de l’Etat : représentation de Mada par la danse et le chant(Groupe Meva).
Projets 2005-2006, axés sur la famille
  • Novembre 2005 : rencontre inter-culturelle : parc des Expositions de St Denis.
  • Février 2006 : organisation de la soirée des « 10 ans de scène de Tiana ».
  • Mars 2006 : dans le cadre de la journée de la Femme « Femmes de l’Océan indien » : rencontre inter-communautaire autour du thème du Mariage.
  • Juin 2006 : Fête malgache au Barachois.
  • Novembre 2006 : rencontres transculturelles organisées par la Maison du Tourisme à Cilaos.
  • Décembre 2006 : Echange culturelle intergénérationnelle autour du thème « Nos années 60 » à Piton St Leu.
Projets 2007, axés sur les problèmes sociaux.
  • Mai 2007 : dans le cadre de la journée de la femme «Honneur aux femmes » :mise en valeur rôle de la femme dans la famille et la société (soirée pour récolte de fonds).
  • Juin 2007 : fête malgache au Barachois.
  • Septembre 2007 : rencontre intergénérationnelle avec « Fam y assemb ».
  • Octobre 2007 : échange inter communal sur les thèmes « Manger équilibré et Chikungunya » 1ère partie.
  • Novembre 2007 : événement culturel à St Leu « Journée de la famille »
  • Décembre 2007 : échange inter communal sur les thèmes « Manger équilibré et Chikungunya » 2ème partie.
Projets 2008 à de nos jours, axés sur la culture et la musique
  • Mai 2008 : rencontre intergénérationnelle « Dis nous mamie » : échange autour d’un thé dansant sur le thème de la jeunesse des années 60 et de la jeunesse d’aujourd’hui.
  • Juin 2008 : fête malgache Barachois.
  • Août – Septembre 2008 : rencontre intercommunale sur le thème « Sexualité et toxicomanie ».
  • Novembre 2008 : les Transculturelles à Cilaos.
  • 2009 : Début du projet PAMA, mise en place du relais MADA OI à Madagascar. Ce projet à pour but d’aider les enfants de la commune d’Ambohidratrimo, à 15 kilomètres d’Antananarivo, dans leur vie de tous les jours, l’accès à la scolarité, la distribution de repas chaud et d’un suivi médical adapté. 26 juin.
  • 2010 : Journée de la femme à Piton Saint-Leu, diverses actions de représentation de la communauté malgache dans des manifestations régionales (ré-ouverture du Jardin de l’Etat etc…), 26 juin.
  • 2011 : Projet PAMA, Journée de la femme, 26 juin, picnique de solidarité.
  • 2012 : Projet PAMA, Journée de la femme, Festimada, 26 juin, Fête de la fraise, picnique de solidarité…
  • 2013 à … : Mise en place, coordination des différentes associations malgaches présentes à la Réunion pour l’élaboration du village traditionnel et le grand défilé d’ouverture de la fête du Barachois au mois de juin.